Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 11:21

Je ne suis pas encore un habitué de la "blogosphère" donc j'ai pris un certain retard (voire un retard certain) dans la tenue de celui-ci.

En effet, il faut que je vous raconte les presque 2 mois qui se sont écoulés.

 

Acte I - scène 1 : où Julien se prend le 1er stress du chantier...

 

La commune fait réalisée l'assainissement collectif (nous inclus), et les engins sont sur place. Je me dis que c'est l'occasion d'en profiter pour creuser le sol et faire les fouilles.

Un premier terrassier avait vu le terrain et prévoyait 1 semaine de travaux pour 5000€.

Je contacte le chef de l'équipe déjà sur place pour lui demander un devis. Pas de nouvelles... puis le mercredi 31/07, il m'appelle pour me proposer son prix et pour me dire que son chantier fini le lendemain ! Si j'accepte, il laisse les engins et me fait le terrain. Si je refuse, il déménage le jeudi après-midi. Lui me proposait 1jour 1/2 de boulot et moins de la moitié du prix du 1er devis.

Mais voilà : on partait en vacances le samedi dans la nuit !! C'était maintenant... ou pas. J'avais la soirée pour décider.

Après avoir eu la garantie que le boulot serait fini le vendredi soir au plus tard (je ne voulais pas partir et les laisser finir), je donne mon accord.

 

Acte I - scène 2 : où la pelleteuse montre son efficacité redoutable...

 

Jeudi 1er juillet 2010.

En 2 heures, le terrain est décaissé !! Environ 70m3 de terre enlevée et un bassin à moitié cassé. Pas un seul gros caillou dans toute cette hauteur de terre. Que du bon ! L'idéal pour le jardin... ou pour des enduits.

 

avant

après

 

Les déblais du bassin comblent plus que largement l'autre partie restante, qui deviendra la terrasse une fois le tas aplani.

On a décidé de prendre le fond du bassin comme référence, soit 1,50m de creusé au plus haut. La terre enlevée a servie à gagner 1m sur le talus à l'est. Le ravinement fera son travail mais c'est toujours ça de gagné. On essaiera de planter de la végétation au plus tôt pour retenir la terre.

 

Acte I - scène 3 : où le rocher entre en scène...

 

Vendredi 2 juillet 2010.

Le terrassier devait continuer le matin à creuser les fouilles selon les plans que je lui avais fourni. J'étais de fournée ce matin-là et ne pouvais donc être présent.

Mais il tombe à 2 endroits sur du rocher. Ne sachant que faire (casser ou pas casser ?), il stoppe tout. Lorsqu'il réussit à me joindre, il est passablement énervé : 2 heures à ne rien faire! Et moi qui ne peux rien décider tant que je n'ai pas vu la situation...

Départ précipité du fournil un peu avant la fin (merci Guillaume !) pour être là-haut avant 14h.

Finalement, je décide de garder le rocher tel quel. Je connais ce rocher pour avoir déjà essayer de le casser dans la cave de Gaël, le voisin. C'est la tuerie ce rocher ! Pourquoi enlever un rocher dur pour mettre du béton dur à la place ? Il ne gêne pas tant que ça la coulée des semelles de fondation et permet quand même aux ferrailles d'être enrobées. De plus, casser le rocher ne faisait pas partie du forfait de départ, donc un supplément non négligeable sur la facture.

On en restera là et tout le boulot est achevé le vendredi soir, comme prévu.

 

fouilles1

Partager cet article

Repost 0
maisonpaille.sigoyer.over-blog.org - dans Les fondations
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Pailleux débarquent à Sigoyer !!
  • : Auto-construction d'une maison à ossature bois isolée en paille, selon la technique du GREB.
  • Contact

Recherche