Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 18:32

Dans la foulée du week end "drain", il fallait continuer et ne pas faire refroidir la machine.

Donc lundi matin, un camion plein de graviers (galets ??) arrive pour remplir les fonds des tranchées entre la terre du talus et les murs.

16 TONNES !!!!!!!!!!!!!!!!!!

 Drainage et étanchéité 4123Drainage et étanchéité 4129

Ces galets (graviers ??), de dimension 20/40mm, sont très difficiles à manipuler. Lourds, roulants, ils glissent dans la pelle. J'ai alterné la "pelleté jetée", le seau, la brouette, le rateau, la binette.

 

Merci à Gaël pour la matinée à 2. C'est encourageant !

 

Reste maintenant à égaliser vaguement les tas de graviers-galets. A certains endroits il y a 80cm, à d'autres seulement 30cm.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 16:58

On accélère ce week end !!

 

Après la journée de jeudi à enlever de la terre, je me suis dit que je ne recommencerai pas une nouvelle fois.

Donc le week-end, initialement dévolu à la pose de parpaings, s'est transformé et l'on a posé le drain et l'étanchéité sur les murs déjà construit.

 

Drainage 4092

 

Mais pour poser le Delta MS (c'est à dire le film noir étanche que vous voyez sur la photo), il fallait déjà boucher les trous du mur, donc couler les poteaux verticaux.

                 Et pour les couler, il fallait déjà sceller les ferrailles.

                                 Et pour les sceller, il fallait déjà percer les trous de scellement.

                                               Et pour les percer, il fallait déjà avoir un foret assez gros...

 

j'ai choisi de me passer de scellement chimique parce qu'avec le nombre de trous à faire et le prix d'un tube, ça me coûtait le prix d'un resto pour une équipe de rugbymen...!!

et surtout j'ai trouvé du mortier de scellement (appelé Clavex) qui remplace avantageusement la chimie (30€/sac de 25kg). Problème : il faut des trous de 30cm pour mes ferrailles...

 

J'ai essayé avec une mèche de 14mm et de 20mm au perforateur en tentant d'agrandir le trou --> nul

J'ai essayé avec une mèche de 8mm et en faisant plusieurs trous côté à côté --> trop long et pas concluant.

Donc je me résigne à acheter une mèche de 32mm. 100€HT !!!!!!!!! Plus la location d'un perfo avec une tête suffisament grosse.

Mais ça vaut le coup :

Trous de scellement

 

En 2h, j'ai fait mes 72 trous.

 

Samedi matin, Arno et moi commençons le coulage des poteaux.

une fois les trous bien propres, je les remplis de mortier de scellement et place le chaînage. Dans la foulée, les coffrages sont mis en place et remplis.

 

COffrage

On aurait pu aller vite si les coffrages avaient tenus ! Par exemple, celui de la photo ci-dessus s'est ouvert par le bas et tout le mortier est descendu.

Donc on sort l'artillerie lourde et les sert-joints de maçon ! On monte le mortier jusqu'au 5ème rang, le dernier sera coulé avec l'arase.

coffrage2

 

A midi, tout est coulé. Et mon père et Anouk nous ont rejoint.

 

Après la pose, on peut déjà décoffrer.

Pendant qu'Arno fini le dernier bout de mur en parpaing, Maud, mon père et moi attaquont la pose du Delta MS.

 

Compte tenu des circonstances (un sol plutôt drainant, sous-sol non habité, manque de temps), on décide de ne pas enduire tout le mur avec l'enduit butimeux. il est pâteux, dur à étaler, et les 2 couches préconisées avec temps de séchage nous mettent hors délais avant l'arrivée des galets de drainage lundi. On prend le risque de confier toute l'étanchéité au Delta MS.

De toute façon, le sous-sol sera ventilé et une barrière d'étanchéité sera placée en haut des murs pour stopper les remontées.

 

Donc le bitume ne servira qu'à coller le Delta MS :

goudronTache

 

Drainage 4093

 

Puis on étale un lit de sable tout autour pour placer le drain.

Le samedi soir, une 1ère section de drain est posée.

 

La fin de la pose du drain nous occupe la matinée de dimanche (et encore... on a bien traîné au peti dèj' !).

Une fois le drain en place avec une très légère inclinaison (quelques mm par mètre), il est recouvert de géotextile (ou bidim) pour éviter qu'il ne s'obstrut.

 

Drainage 4104Drainage 4105

 

Je gérerai les évacuations plus tard.

Merci à tous : Papa, Anouk, Arno.

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 20:56

Après les 2 orages de ce début de semaine, ce que je craignais arriva.

La terre du talus au dessus des fondations a glissé. A certains endroits, elle montait jusqu'au 2ème rang d'agglos, environ 40-50cm.

Et bien, de la terre argileuse collante, putain c'est lourd !!!!!!!!!

 

J'ai passé la journée à dégager le muret et nettoyer au mieux la place pour le drain en extérieur, et pour le 2nd muret à l'intérieur.

 

Donc on va accélérer ce week-end : 6 palettes d'agglos, le drain, le bitume, le Delta MS et les chaînages arrivent demain.

Tout le week-end pour poser tout ça et les galets pour le drainage sont livrés lundi matin.

C'est peut-être un peu tôt mais il faut qu'on tienne cette terre à tout prix pour ne pas recommencer la semaine prochaine avec les nouvelles pluies.

 

J'essaie de penser à l'appareil photo demain pour vous montrer ça.

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 10:00

Démarrage du premier mur (à l'est) avec Maud. C'est nos 1ers parpaings à tous les deux.

Dans l'après-midi, on monte 2 rangs soit environ 50 parpaings... pas terrible comme rendement !

Mais on découvre aussi le maniement de la truelle, du niveau et du cordeau.

niveau & cordeau(Celui que vous voyez sur la photo, de biais, est voulu ! :-) Il sert de gabarit pour faire mes ouvertures de ventilation du vide sanitaire. Je n'ai pas tout monté comme ça !)

 

En fin de journée, un copain, Christian pour ne pas le nommer, passe nous voir et sème le doute : pour lui on part dans la mauvaise direction avec cette idée de double muret en parpaing. Il nous conseille de changer, démolir, et partir sur du bloc à bancher, + rapide et - cher selon lui.

 

GROS DOUTE !!! J'ai la tête à l'envers !!

 

On décide de prendre une journée de réflexion avec Maud pour décanter tout ça.

Finalement, on reste sur l'idée de départ, tout en améliorant le ferraillage vertical qui n'était pas terrible au départ.

Les blocs à bancher n'étaient pas une mauvaise idée mais plus cher en fait (près de 2km de fers !) et surtout notre projet de double muret nous semble + sécurisant.

Et pour des autoconstructeurs, ça compte le sentiment de sécurité !!

 

Donc on continu !

 

Une journée pleine avec Arno & Nono - Séverine à la logistique - donne un vrai coup de boost au chantier. Merci les gars !!

On a même fini un des côtés.

 

Je continue encore quelques jours seul et c'est un bonheur de voir évoluer le chantier du matin au soir.

 

13-11-23-2

mur sud

 

 

Aujourd'hui, presque tous les murets extérieurs sont finis. Reste une dizaine de parpaings à poser.

Prochaine livraison vendredi.

En attendant, j'espère que l'orage d'aujourd'hui ne fera pas trop de dégâts...

Partager cet article

Repost0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 12:11

10 jours après le coulage du béton, on continu.

Avec Arno et une dizaine de parpaings, on marque les angles de la maison.

 

callagecordeau

 

Il fallait surtout éviter d'avoir une maison de biais

Les blocs posés à sec permettent les prise de côtes pour les longueurs et les largeurs.

Et bien on a gagné 10cm sur la longueur et 7cm sur la largeur ! Whoua !!!

Par contre, les diagonales ont posées souci avec une différence de 10cm entre les 2. La maison aurait été un losange et non un rectangle.

Une fois cela rectifié (ça nous a pris quand même quelques heures tout ça), on fixe les blocs.

 

blocs d'angle1blocs d'angle2

 

Plus que quelques 1000 blocs à monter !!

Partager cet article

Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 19:45

 

Le 02/08, deux toupies sont attendues sur le terrain. Gaël et Arnaud sont là pour donner le coup de patte.

Tout est près. Les ferrailles sont légèrement surélevées par quelques cailloux pour assurer l'enrobage (en plus du béton de propreté).

La 1ère arrive à descendre sur le bas du terrain malgré la pente. En une demi heure, tout est vidé. Presque un tiers des fouilles est rempli. Sur la fin de la toupie, le livreur a "allongé" le béton avec de l'eau pour faciliter le lissage. Pas très académique apparemment mais bon... c'est quand même pratique.

 

arrivée de la toupie

coulée2

 

 

La 2nde c'est placé sur la route, au dessus du terrain. Avec une goulotte de plus, elle arrivait à atteindre les fouilles sans difficulté. Plus ferme, cette fournée de béton fut difficile à étendre. Livré trop vite, mal placé, on a galéré. Et le temps chaud accélèrait le tirage du ciment.

 

toupie n°2

 

Une fois la 2nde toupie vidée, il n'a semblé que ce qu'il restait à remplir ne valait pas un nouveau voyage de camion. Je décide de finir "à la main". Les copains valident. J'annule donc la prochaine toupie et à l'attaque !!

 

En fait il restait environ 3m3 à faire, soit 1/2 toupie, que l'on s'est fait à la bétonnière. 30 sacs de ciment, 60 bétonnières.

On arrive au bout vers 15h, après 4h non-stop !!!

 

semelle1semelle2

 

Les niveaux ne sont pas parfait, des rattrapages seront à faire, mais bon... Sur l'ensemble des semelles, on a, au pire, 1,5cm de différence de niveau. Pas si mal !

 

Encore merci les gars pour votre énergie !!

Partager cet article

Repost0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 17:50

Après 15 jours de vacances, le terrain n'a pas trop bougé.

On a de la chance puisque normalement, les semelles sont coulées dans la foulée, tout de suite après l'excavation.

 

Un seul gros orage au mois de juillet a fait s'écrouler un morceau de terre, et les fonds de fouilles sont seulement un peu boueuses. Tout va bien ! Les bordures se sont affaissées, il faut les reprendre et coffrer pour limiter la quantité de béton à couler.

 

Une première livraison arrive le 28/07 avec la ferraille et de quoi faire le béton de propreté au fond des fouilles.

 

Mais je n'aurais même pas le temps de faire cette 1ère étape !!

La matinée suivante est passée dans les magasin de matériaux à faire des devis, et lorsque j'arrive à midi sur le terrain, Gaël finissait la dernière bétonnière  !!!! Le béton de propreté est fait !

Précision : le béton dit "de propreté" (~ 5cm) sert à couvrir le fond des fouilles pour assurer l'enrobage du ferraillage, et éviter que la terre ne se mélange trop avec le béton lors de la coulée des toupies.

 

Les chaînages 15x35 sont découpés à la longueur, se recouvrent de 30cm si besoin (prévoir une marge de 10% en plus dans la commande ;-)), et sont liés avec du fil de fer.

Des fers de 8mm de diamètre - on parle alors de "tors de 8" entre gens "cultivés" - d'un mètre sont pliés à l'équerre pour venir assembler les chaînages aux angles.

 

tors d'angle

 

angle de chaînage

 

6 équerres par angles (3 au dessus et 3 au dessous) assure la continuité du ferraillage.

 

C'est l'occasion aussi de placer des tors verticaux aux angles et aux endroits stratégiques du futur soubassement.

Pliés eux aussi à l'équerre, solidaires des fondations, ils attendent la liaison avec les futurs poteaux ferraillés verticaux.

Ici, ils sont placés à chaque angles (Soit 4) et aux jonctions avec les 2 murs de refends (soit 4 autres).

Cela fait peu, d'autres chaînages verticaux seront nécessaires. On percera alors les semelles aux bons endroits pour sceller chimiquement les fers.

L'idée était d'éviter de placer des fers verticaux qui risquaient de bouger lors de la coulée de béton, pour ensuite les couper parce que pas au bon endroit.

 

longrine

 

On peut voir sur cette photo que les chaînages des murs de refends (qui partent à droite) sont sur champs.

Si les fouilles perphériques sont large de 60cm, les murs de refends s'appuieront sur une tranchée de 40cm seulement. Et un chaînage de 35cm est un peu large pour être correctement placé !

 

Tout ça est fait en une journée.

Partager cet article

Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 11:21

Je ne suis pas encore un habitué de la "blogosphère" donc j'ai pris un certain retard (voire un retard certain) dans la tenue de celui-ci.

En effet, il faut que je vous raconte les presque 2 mois qui se sont écoulés.

 

Acte I - scène 1 : où Julien se prend le 1er stress du chantier...

 

La commune fait réalisée l'assainissement collectif (nous inclus), et les engins sont sur place. Je me dis que c'est l'occasion d'en profiter pour creuser le sol et faire les fouilles.

Un premier terrassier avait vu le terrain et prévoyait 1 semaine de travaux pour 5000€.

Je contacte le chef de l'équipe déjà sur place pour lui demander un devis. Pas de nouvelles... puis le mercredi 31/07, il m'appelle pour me proposer son prix et pour me dire que son chantier fini le lendemain ! Si j'accepte, il laisse les engins et me fait le terrain. Si je refuse, il déménage le jeudi après-midi. Lui me proposait 1jour 1/2 de boulot et moins de la moitié du prix du 1er devis.

Mais voilà : on partait en vacances le samedi dans la nuit !! C'était maintenant... ou pas. J'avais la soirée pour décider.

Après avoir eu la garantie que le boulot serait fini le vendredi soir au plus tard (je ne voulais pas partir et les laisser finir), je donne mon accord.

 

Acte I - scène 2 : où la pelleteuse montre son efficacité redoutable...

 

Jeudi 1er juillet 2010.

En 2 heures, le terrain est décaissé !! Environ 70m3 de terre enlevée et un bassin à moitié cassé. Pas un seul gros caillou dans toute cette hauteur de terre. Que du bon ! L'idéal pour le jardin... ou pour des enduits.

 

avant

après

 

Les déblais du bassin comblent plus que largement l'autre partie restante, qui deviendra la terrasse une fois le tas aplani.

On a décidé de prendre le fond du bassin comme référence, soit 1,50m de creusé au plus haut. La terre enlevée a servie à gagner 1m sur le talus à l'est. Le ravinement fera son travail mais c'est toujours ça de gagné. On essaiera de planter de la végétation au plus tôt pour retenir la terre.

 

Acte I - scène 3 : où le rocher entre en scène...

 

Vendredi 2 juillet 2010.

Le terrassier devait continuer le matin à creuser les fouilles selon les plans que je lui avais fourni. J'étais de fournée ce matin-là et ne pouvais donc être présent.

Mais il tombe à 2 endroits sur du rocher. Ne sachant que faire (casser ou pas casser ?), il stoppe tout. Lorsqu'il réussit à me joindre, il est passablement énervé : 2 heures à ne rien faire! Et moi qui ne peux rien décider tant que je n'ai pas vu la situation...

Départ précipité du fournil un peu avant la fin (merci Guillaume !) pour être là-haut avant 14h.

Finalement, je décide de garder le rocher tel quel. Je connais ce rocher pour avoir déjà essayer de le casser dans la cave de Gaël, le voisin. C'est la tuerie ce rocher ! Pourquoi enlever un rocher dur pour mettre du béton dur à la place ? Il ne gêne pas tant que ça la coulée des semelles de fondation et permet quand même aux ferrailles d'être enrobées. De plus, casser le rocher ne faisait pas partie du forfait de départ, donc un supplément non négligeable sur la facture.

On en restera là et tout le boulot est achevé le vendredi soir, comme prévu.

 

fouilles1

Partager cet article

Repost0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 16:22

Bonjour à toutes et tous !

 

Bienvenue sur le blog de notre projet de construction. Nous allons bientôt faire nos premiers pas de constructeurs, mais en attendant, nous nous lançons dans ce blog pour vous faire partager, pas à pas, nos réalisations, nos idées, nos galères et nos doutes.

Depuis le départ, les blogs d'autres constructeurs nous ont aidé pour affiner nos envies. Merci à eux pour le partage ! Maintenant, à nous de contribuer modestement à ces échanges de savoirs.

 

A bientôt,

Maud & Julien & Elijah

Partager cet article

Repost0